CRIQUETOT-L’ESNEVAL. Les travaux de restauration de l’église touchent à leur fin.

Le Côte d'Albâtre
Le Côte d'Albâtre


Samedi matin, l’opération « Portes ouvertes » organisée par la municipalité permettait de découvrir l’avancement des travaux de restauration de l’église. Au cours de cette visite, en présence du maire Alain Fleuret et de ses adjoints, de l’abbé Roquigny et de quelques fidèles, Mme Marie Caron, architecte du patrimoine, maître d’œuvre des travaux, a commenté les différentes étapes du chantier, expliqué les problèmes rencontrés, les surprises…

 

Une première tranche avait déjà été réalisée et après un an de travaux où l’église avait du être fermée, les fidèles avaient retrouvé le chemin de leur église en décembre 2013. Mme Caron explique que la restauration s’est poursuivie avec les bas côtés et le transept que la commune a décidé d’intégrer dans ce dossier. Elle souligne que l’église a été reconstruite au 19e siècle, malheureusement à l’économie déjà par l’utilisation de pierres de mauvaise qualité et en second avec un gros désordre. « Les eaux pluviales étaient récoltées par un chéneau sur un pan de mur. Pendant des années, le chéneau a fui, entraînant des infiltrations dans le mur et le pourrissement du chéneau. Il fallait trouver un autre système et le supprimer ». Il y a eu également un gros travail en charpente et en maçonnerie auquel la commune a décidé aussi le remplacement de toute la couverture afin de ne pas y revenir. Mme Caron précise que les pierres ont été remplacées afin de donner une certaine cohérence à la maçonnerie. « On est allé à l’essentiel ». Des surprises, il y en a eu , notamment avec la découverte de champignons qui ont retardé les travaux d’un mois. Pour finir sur le ravalement, un échafaudage a été mis en place sur la façade pour repérer chaque pierre à renouveler, pierres qui sont numérotées. Ainsi, l’entreprise va pouvoir placer exactement la pierre de remplacement (pierres de la vallée de Seine). L’accessibilité pour les personnes à mobilité réduite a été réalisée. Cette visite très enrichissante se poursuit sur la restauration des vitraux par un maître verrier. Déposés, le travail s’effectue en atelier (remplacement du plomb, des morceaux cassés). Les vitraux sont montés soit de l’intérieur soit de l’extérieur. Puis on arrive au niveau de la partie la plus ancienne de l’église où les boiseries ont été déposées. Le confessionnal (en bon était) va être restauré. Mme Caron souligne la particularité du transept qui accueille les fonts bapstimaux. Les travaux devraient se terminer fin juillet, mais déjà on ne peut qu’être admiratif devant le travail accompli. Nul doute, l’église a retrouvé tout son éclat.

Le Côte d’Albâtre

Share

Source: New feed