CRIQUETOT-L’ESNEVAL. Pour accélérer la campagne de vaccination contre la Covid 19, le département en partenariat avec le SDIS76 et l’ARS déploie un dispositif mobile de vaccination, le « Vaccinobus ».


    La solidarité et la proximité sont au cœur des actions départementales. Après avoir réalisé une campagne de vaccination au sein des résidences autonomie, dans les établissements pour personnes handicapées, le Département de la Seine-Maritime continue d’apporter sa contribution pour accélérer la campagne de vaccination contre la Covid 19. C’est dans cette démarche du « aller vers » pour être au plus proche des habitants que deux unités mobiles sillonnent les communes pour permettre la vaccination de personnes éloignées des centres de vaccination ou rencontrant des difficultés pour s’y rendre.

     

     

    A cet effet, deux bibliobus du département ont été transformés en vaccinobus. Ce dispositif s’adresse aux personnes de plus de 60 ans et aux personnes à hauts risques sans limite d’âge. Vendredi, le vaccinobus 76 était à Criquetot, de 9h30 à 17h30. En présence du maire Alain Fleuret, Jean-Louis Rousselin et Florence Durande, conseillers départementaux (Florence Durande également membre du conseil d’administration du SDIS) ont tenu à venir saluer les équipes du département et du SDIS mobilisées sur ce centre de vaccination itinérant. L’équipe mobile est composée de deux personnels administratifs du département, et trois personnels du SDIS dont un médecin et un infirmier. Soixante dix personnes ont ainsi été vaccinées vendredi. Tous ont loué l’équipe accueillante, souriante et rassurante, la facilité de prendre rendez-vous (uniquement par téléphone) et ce dispositif au plus près de chez eux.

    Se protéger, protéger les autres

    « Il faut le faire, c’est pour protéger les autres, nos proches. Et j’ai affaire à des personnes âgées. C’est pour eux comme pour moi » soulignait Eric 63 ans. Peu lui importait le vaccin, l’important était de se faire vacciner. C’est la CPAM qui l’a contacté. Tout s’est très bien passé et il est très content. Il aura sa 2e injection le 7 juillet. Jeune retraitée (depuis six mois), Armelle, 58 ans, était aide-soignante à l’hôpital Jacques Monod. Dans un service de dialyse, elle n’a pas été confrontée directement par les malades atteints du covid. Elle aussi est venue se faire vacciner pour protéger les autres, ne pas l’attraper. « La facilité pour prendre rendez-vous, c’était proche. Le vaccin, c’est mieux que la maladie. Quand on voit ce que les malades ont enduré, que même guéris, certains ont eu du mal à se remettre. Je sais l’importance des vaccins, comme ceux pour la grippe. On peut mourir ». Très contente d’avoir pu se faire vacciner. « C’est bien pour mes projets de vacances, le fait d’être vaccinée (elle aura sa 2e injection début juillet) ne va pas me bloquer. La vaccination s’est bien passée, une légère douleur au bras. « Ce n’est rien du tout à côté de la maladie. Il faut relativiser les petites douleurs. Il y a beaucoup de psychologie, le fait d’avoir la tête occupée, on oublie nos petits soucis ». Tout s’est très bien passé également pour Marie-Claire, 72 ans. Au départ, elle n’était pas chaude pour se faire vacciner. Elle ne voulait pas du vaccin Astrazeneca. C’est sa fille qui l’a informé du passage du vaccinobus et qui l’a incité à y aller. Le fait de savoir que c’était le Pfizer qu’elle recevrait, l’a décidé à prendre rendez-vous aussitôt auquel s’ajoutait la facilité de s’y rendre, habitant Criquetot. « Je ne voulais pas faire la queue en allant ailleurs ».

    Prochaines étapes

    Le vaccinobus sera à Etretat le lundi 31 mai et à Angerville-l’Orcher le mardi 1er juin. Rendez-vous uniquement par tel au 02.35.03.67.67.

    Le Côte d’Albâtre

    Share

    Source: New feed2